« LE SONGE D’UNE FEMME DE MENAGE » : ÊTRE OU NE PAS ÊTRE

LEBRUITDUOFF.COM – 8 juillet 2018

AVIGNON OFF 2018 : « Le songe d’une femme de ménage (suite) » d’Aurélie Imbert, un nouvel hommage à Shakespeare interprété par l’auteur avec Marie-Line Rossetti et jean-Baptiste Alfonsi, mis en scène par Aurélie Imbert et Ivan Romeuf au Théâtre Transversal jusqu’au 29 juillet à 19h30, relâche les 11, 18 et 25 juillet.

Jeune comédienne issue du Conservatoire de Marseille et artiste multiforme capable d’écrire et jouer dans plusieurs langues, Aurélie Imbert nous fait à nouveau l’offrande avec son talent aux multiples facettes, d’un « medley » de différentes oeuvres de William Shakespeare qu’elle distille pour servir son récit et apporter aux oeuvres du maître une poésie nouvelle, en s’inspirant également d’Antonin Artaud (Le théâtre et son double) et du Médée de Corneille… Tout un programme !

Aurélie a la beauté d’une sauvageonne, elle joue, chante, danse, virevolte, s’esclaffe de rire, interpelle le spectateur, le regarde les yeux dans les yeux d’où jaillit tour à tour la flamme de la colère, celle de l’amour, de la compassion et de cette révolte qu’elle porte en elle comme la nuée porte l’orage.

Son jeu de comédienne est époustouflant, il tient de la performance digne de l’Actors Studio.

Toujours dans la blouse d’une « technicienne de surface » polonaise, employée dans un théâtre où ont lieu les répétitions de « La nuit des Rois », aussi insondable que les figures shakespeariennes qui la transcendent dans son rêve étoilé, Thelma va se perdre dans un jeu d’illusions théâtrales en enchaînant les costumes et jouant divers personnages, jusqu’à proclamer : « Je me suis endormie, j’ai cru que j’étais femme de ménage ».

Sur une mise en scène sobre et efficace, également bien servie par Marie-Line Rossetti et Jean-Baptiste Alfonsi qui lui donnent la réplique, la frontière entre fiction et réalité se brouille peu à peu dans cette magie du théâtre où la femme de ménage reprendra in fine à son compte la célèbre phrase d’Hamlet : To be or not to be ».

Il ne faut pas manquer ce songe d’été avignonnais.

André Baudin.

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie