« KNUSA / INSERT COINS », UNE DANSE PHOTOGENIQUE

LEBRUITDUOFF.COM – 11 juillet 2018.

AVIGNON OFF 2018 : Cindy Van Acker & Christian Lutz – Knusa / Insert Coins – Collection Lambert – Sélection Suisse – CDCN – Les Hivernales – 10 – 19/07/18.

Une danse photogénique.

Évènement dans le OFF d’Avignon puisque, dans le cadre de la Sélection Suisse dirigée par (l’extra !) lucide Laurence Perez, elle a eu l’idée de présenter la performance de la danseuse et chorégraphe Suisse Cindy Van Acker dans l’exposition de Christian Lutz installée pour l’occasion dans une des salle au sous-sol de la Collection Lambert d’Avignon.

Elle est au sol. Les spectateurs sont autour d’elle. Tous sont plongés dans une peine ombre rendant les gestes très intimistes. Elle glisse prenant appui sur ses bras. Elle opère ensuite un redressement, s’ancre au sol, fend l’espace. Tous les appuis sont utilisés jusqu’à l’extrême. Le visage caché par ses long cheveux bruns au point qu’aucun sentiment ne vient perturber notre réception de ces gestes exécutés avec calme, un peu à la manière d’une Myriam Gourfink. Une performance robotique mais d’où se dégage une sensualité.

De retour au sol, le doigt tendu, autoritaire, la danseuse offre à voir des lignes très pures. Le geste est affirmé. De retour à la position verticale, le bras tendu, l’ondulation du bassin permet une large rotation pour finir de nouveau au sol où le corps se soulève à l’extrême.

Les infrabasses envoyées par Mika Vaino sont si stridentes qu’on ne peut que se boucher les oreilles.

De cette danse dans les photos de Christian Lutz, on retiendra la précision de la danseuse, sa concentration sans emphase pour autant. Un geste naturel qui, malgré son abstraction, touche par la force de la sincérité de la danseuse qui, tout en semblant improviser dans l’espace, ne laisse rien au hasard, concentre sur elle toutes les attentions et rend les choses captivantes et humainement émouvantes dans cet univers de pacotille d’un Las Vegas photographié par Lutz sans complaisance.

Un moment intense qui vous fait vous extraire du monde dans un Avignon surchauffé.

Cindy Van Acker nous transporte dans une autre sphère et réussit son pari de la pure proximité, de l’intimité, deux mots qui ne vont pas forcément ensemble à Avignon en période de Festival.

A ne pas rater donc !

Emmanuel Serafini

Photo Simon Letellier

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie