« LA FRANCE CONTRE LES ROBOTS », BERNANOS AU COEUR DU SUJET

LEBRUITUOFF.COM – 12 juillet 2018.

AVIGNON OFF : « La France contre les robots et autres textes » De Georges Bernanos – Adaptation Jean-Baptiste Sastre et Gilles Bernanos – Conception Hiam Abbass et Jean-Baptiste Sastre – Théâtre des Halles du 6 au 29 juillet 2018 – Relâches les 9, 16 et 23 juillet.

C’est à partir de plusieurs textes de Georges Bernanos que Jean-Baptiste Sastre et Gilles Bernanos, ont créé le texte de ce spectacle. D’emblée intéressé par la demande de Jean-Baptiste Sastre, le petit-fils de Georges Bernanos a immédiatement donné son accord pour lui donner les textes mais aussi l’ensemble des notes de son grand-père. Fabuleuse matière à réflexion que ces milliers de pages.

Travaillant avec Hiam Abbass, plus par osmose que par une simple relation comédien/metteur en scène, Jean-Baptiste Sastre propulse les mots de Bernanos au-delà des décennies. Véritable visionnaire du devenir de son monde, Bernanos voit tout et entend tout de son époque. Comment ne pas être sidéré par la clairvoyance des propos ? Tout est dit, du libéralisme à l’esclavagisme moderne, des jeunes qui tentent d’imaginer un autre monde, de la perte d’une quelconque spiritualité laïque au profit d’un consumérisme effréné. Tout est là !

Le texte est dense et la mise en scène, d’une sobriété absolue, mise sur l’écoute du public au sein de la Chapelle du Théâtre des halles qui constitue un véritable cocon pour le comédien et le public. Difficile et surtout inutile de tenter de résumer des milliers de pages en quelques lignes, l’essentiel étant que Jean-Baptiste Sastre parvient à nous offrir un merveilleux moment de poésie durant lequel le temps semble suspendu à ses lèvres et aux mots du romancier. L’éclairage est intimiste et on ne sait vraiment si le comédien joue Bernanos ou juste cet homme universel, passeur d’idées et de lumières au fil des siècles. Car même si le texte et les visions de Bernanos n’ont pris aucune ride, la plupart des textes datent de 1947, époque ou Bernanos était au Brésil. Il en devient encore plus troublant d’entendre ces mots qui nous semblent si familiers.

Peu d’effets là où les mots et le talent d’un comédien suffisent à nous transporter dans la vision de l’auteur. Jean-Baptiste Sastre devient parfois Bernanos ou simplement un relais, il nous enlace de ses idées et de son amour pour l’Homme. Pour les 70 ans de la mort de Bernanos il est d’autant plus étonnant que la France ne mette pas plus en avant cet auteur majeur et visionnaire dont les mots peuvent être entendus et compris des jeunes générations, comme ils l’ont été quand Bernanos lui-même les disait devant un parterre de jeunes étudiants brésiliens.

Un spectacle nécessitant une écoute attentive mais qui reste inévitable et essentiel.

Pierre Salles

Image :Jean-Baptiste Sastre Photo Vincent Berenger

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie