« PAS PLEURER », SPECTACLE MEMORIEL ET MILITANT

LEBRUITDUOFF.COM – 21 juillet 2018.

AVIGNON OFF. « Pas pleurer » adapté du roman de « Lydie Salvayre » – Mise en scène : Denis Laujol – Au théâtre des Doms du 6 au 26 Juillet 2018 à 14h30.

« Pas pleurer » est avant tout une histoire de famille, celle de Montserrat dite « Montse », la mère de l’auteure Lydie Salvayre. Mais Montserrat avant d’être mère est avant tout ce petit bout de femme vivant dans un petit village rural d’Espagne en cet été 1936. Cette Espagne aux mœurs dépassées pour des millions de personnes qui ne rêvent que de liberté et de progrès social.

Lydie Salvayre passe de l’histoire intime familiale à la grande histoire espagnole en quelques lignes, comment ne pas être emmené par le récit de la vie de sa mère, cette femme qui se découvre un tempérament de volcan dans une Espagne en ébullition. Sur scène la comédienne Marie-Aurore d’Awans offre une interprétation troublante de justesse et l’on en vient presque, inconsciemment, à se demander quelle pourrait être son implication dans cette histoire familiale. La comédienne joue simplement et d’une belle manière les trois rôles allant de la mère à la fille et la petite-fille. Mais sur scène, comme une sorte d’écho sauvage, la guitariste Malena Sardi, rythme le propos de tonalités rappelant tantôt la chaleur texane, tantôt un concert punk de ceux que l’on pouvait entendre à Londres dans les années 70 quand tout un pan de la jeunesse voulait tout brûler et ne rêvait que de liberté et d’anarchie par réaction à un pouvoir oppressant.

La scénographie, qui se rapproche de celle d’un concert avec une guitariste, un micro sur pied et une comédienne, laisse penser à un spectacle chanté qui pourtant n’en est pas un. Cette forme maligne permet à la fois de garder l’énergie du concert avec quelques fulgurances à la guitare mais aussi de permettre l’écoute nécessaire d’un texte donné comme une sorte d’épopée sur plusieurs générations, avec des flashbacks et des retours dans le présent qui restent toujours clairs malgré l’absence de décors et d’accessoires.

Un spectacle militant qui nous trace une période importante de l’Europe mais aussi qui nous rappelle qu’une bonne partie de la population française et européenne est issue de migrations économiques ou de guerres et que ces peuples européens , malgré les difficultés, ont souvent su accueillir l’étranger et l’intégrer afin de construire un avenir commun dans la paix. Un fait historique bien trop souvent oublié par nos politiques mais aussi par des peuples trop facilement apeurés par des discours populistes.

Pierre Salles

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie