« 3 HOMMES SUR UN TOIT », BELLE PARENTHESE POETIQUE ET PHILOSOPHIQUE

LEBRUITDUOFF.COM – 22 juillet 2018.

AVIGNON OFF : « 3 hommes sur un toit » – Texte de Jean Pierre Siméon – Mise en scène d’Antoine Marneur – théâtre du Train bleu, seulement les jours impairs.

Le temps est à l’orage, la pluie diluvienne, l’atmosphère fumante, le ciel gris. L’eau tombe et semble avoir tout englouti. Trois hommes couchés sur un toit attendent. Mais qu’attendent-ils ? Le plus important, dit l’un, n’est pas de savoir ce qu’on attend mais ce qui nous attend. C’est la fin du monde. Trois hommes, seuls survivants, sur un toit attendent. Mais qu’est-ce qui les attend ? La mort ? L’un croit au là-bas, l’autre résiste « il veut mourir vivant ! » quand le dernier s’agrippe viscéralement aux souvenirs des êtres aimés. Trois hommes sur un toit attendent… Désespérés, ils espèrent… « L’homme est une belle idée qui a mal tourné ». Et s’il fallait se réinventer ? Qui les sauvera ? Qu’est-ce qui permettra de nous sauver ? La foi, l’amour ou la résilience ?… La dernière feuille tombe, le temps s’étire, l’espoir s’efface, trois hommes sur un toit attendent, attendent et….

Quand le temps s’arrête, quand le bruit laisse place au silence, quand la profusion se vide, c’est l’instant propice pour questionner la vie, la mort, l’existence, l’humanité, ouvrir les yeux sur l’essentiel et se réveiller. S’ouvre alors un magnifique huis clos introspectif. Trois hommes, quidams, survivants, élus ?…, comparses malgré eux, vont débattre, s’opposer, se questionner.

L’auteur évite le convenu, le galvaudé, l’ennuyant en abordant ces thèmes existentiels, universels avec simplicité, inventivité, humour, avec une écriture maniant habilement répliques mordantes, images poétiques et réflexions philosophiques. Le metteur en scène, lui, a su trouver le rythme qui épouse parfaitement le texte. Fait de silence, d’intériorité pour figurer le temps suspendu et de dialogues, oppositions, éclat de voix pour faire vivre le propos. La scénographie plante un imposant toit en zinc comme englouti. Une belle esthétique pour matérialiser le vide, le disparu. Quant aux comédiens ils incarnent avec force et subtilité les personnages pour toucher au sensible de ces trois hommes sur un toit qui attendent….

Tout semble question d’équilibre, ici, pour nous offrir une belle parenthèse drôle, poétique et philosophique. Courez-y.

Marie Velter

Commentaires fermés

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie