« LE NOUVEAU MONDE », SOUS LES ETOILES DE GILLES CAILLEAU

AVIGNON OFF : LE NOUVEAU MONDE / mes Gilles Cailleau / L’Occitanie fait son cirque / 22h30 / vu le Jeudi 19.

Sous les étoiles de Gilles Cailleau

Dès les premières minutes après l’entrée du public, Gilles Cailleau réussit à nous mettre à l’aise, à créer une belle sensation de convivialité et d’intimité, aidé par son chapiteau à ciel ouvert, dans lequel le public est installé de manière circulaire sur un assortiment de chaises, bancs, fauteuils…

Ce dont Gilles Cailleau (acteur, auteur, circassien, musicien et manipulateur d’objets) veut nous parler ici, c’est du XXIème siècle. Quand a-t-il commencé exactement ? Quel événement marquant a provoqué notre entrée dans cette ère nouvelle et inquiétante ? Car le moins qu’on puisse dire c’est que le portrait qu’il dresse montre la face la plus sombre de notre époque. A l’aide de nombreux accessoires récupérés (playmobils, planche en bois, marionnettes, vieilles chaises…), il rejoue les moments les plus violents de ces dix dernières années (attentats du 11 septembre, mort des migrants durant leur traversée en mer…) et se questionne sur la modernité et sur l’avenir de l’humanité.

A travers la poésie, la musique, la manipulation d’objets, il nous fait part du désarroi dans lequel le plongent nos temps modernes. Cette mise en scène enfantine rend d’autant plus poignants les événements mis en scène.

Peut-être dans un désir de catharsis, il invite les spectateurs à partager avec lui leurs peurs et leurs rêves les plus intimes en leur tendant un micro et en loopant leurs paroles sur une nappe musicale. Ce qui donne lieu à un final peut-être un peu trop naïf, mais original et touchant.

Durant deux heures, Gilles Cailleau nous tient avec une interprétation poignante, avec l’ardeur dévorante qui le caractérise, tempérée par des touches de poésie. La scène dans laquelle il demande à une enfant dans le public de venir l’aider, puis la « porte en succès » pour la remercier, en la drapant d’une longue cape et en la faisant monter sur ses épaules, est particulièrement touchante.

Ce que vous faites est précieux, lui dit un jour un vieux monsieur dans la rue. Peut-être, répond Gilles, mais peut-on être précieux et impuissant à la fois ? Qu’importe, en poussant les individus à se questionner sur leurs peurs et leurs désirs, il met en branle la machine de notre conscience, soulevant des questions primordiales et situant le réel enjeu de l’avenir de l’humanité à sa juste place : en chacun de nous.

Claire Burguiere

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie