« KHOROTO + », THEÂTRE FORAIN ENGAGE

LEBRUITDUOFF.COM – 23 juillet 2018

AVIGNON OFF : « Khoroto + » – Mise en scène : Hamza Boulaiz – Festival Villeneuve en Scène du 10 au 22 Juillet à 21h00.

Programmation très intéressante de Villeneuve en Scène qui accueille au fil des ans des propositions décalées et parfois assez loin de ce que peut proposer son voisin, le Off d’Avignon. Ici encore c’est en ouvrant un espace dans la Plaine de l’Abbaye que le Festival donne sa chance à la compagnie marocaine SPT dirigée par le jeune auteur et metteur en scène Hamza Boulaiz.

Cette jeune compagnie traverse le Maroc de part en part depuis maintenant quelques années et propose depuis peu des spectacles en camion-théâtre dans les petits villages et écoles marocaines. Un camion se déployant, tel ceux que l’on peut voir dans les fêtes foraines, mais pour le coup ce n’est pas barbe à papa et autres petits lots que l’on peut y voir mais bel et bien une salle de théâtre d’une cinquantaine de places avec gradins et plateau, une merveilleuse idée qui fonctionne et qui permet de jouer dans des territoires oubliés de la culture, au Maroc et pourquoi pas en France.

Sur scène, le jeune Hammadi est marié à la belle Ouicha et vit avec elle et sa belle mère Saadya, une femme revêche qui lui regrette un autre prétendant plus riche. Hammadi ne rêve que d’ascension sociale lui permettant d’offrir une meilleure vie à sa femme.

Ecrit par le metteur en scène Hamza Boulaiz, le spectacle tente de décrire un Maroc coupé en deux avec d’une part progrès économique et industriel, startups, nouveaux médias et d’autre part un Maroc plus pauvre où tout un pan de la population ne fait qu’entrevoir, par le cadre de médias, l’évolution de son pays. Chacun veut faire partie de ce train du progrès et tous les moyens sont bons pour y parvenir. L’écriture est rapide et va à l’essentiel, on sent comme une urgence et une nécessité absolue pour ce jeune auteur d’écrire ces textes qui, il ne faut pas l’oublier, sont avant tout destinés à être présentés au Maroc dans les villages ou les écoles. La lecture peut donc être fortement différente entre le public d’un village marocain et un spectateur avignonnais.

Force est de constater que, loin d’être un donneur de leçon, Hamza Boulaiz souhaite avant tout nous montrer la réalité sociale de son pays et offrir en même temps un accès au théâtre pour tous. Un théâtre engagé qui trouve sa place dans des lieux oubliés par la politique et la culture. Quand certains metteurs en scène prônent ici au sein de CDN un théâtre populaire, engagé et revendicatif, certains autres créent des théâtres itinérants et proposent d’essaimer la culture en parcourant le désert. Deux approches qu’il ne faut pas mettre en concurrence mais il paraît urgent que les uns aident les autres en accueillant et aidant ces jeunes metteur en scène. La bataille pour la culture et contre tous les obscurantismes passe aussi par là.

Pierre Salles

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie