« LES TRAVAILLEURS DE LA MER », UN SEUL EN SCENE ENERGIQUE

les_travailleurs_de_la_mer

LEBRUITDUOFF.COM – 11 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Les travailleurs de la mer » d’après Victor Hugo – Mise en scène : Clémentine Niewdanski au théâtre Transversal à 20h30 – du 5 au 28 juillet (relâche les 9, 16, 23 juillet)

Mettre en scène Victor Hugo est souvent casse-gueule mais quand il s’agit en plus d’un seul en scène, il vaut mieux que le metteur en scène et le comédien aient les reins solides et les idées claires.

Gilliatt est secrètement amoureux de la jeune Déruchette. Un jour de tempête, « La Durande », le seul bateau à vapeur de toute la région et propriété de Lethierry, le père de de Déruchette, se fracasse sur les rochers. Fou de rage et de désespoir, Lethierry promet sa fille en mariage a qui sauvera la machine à vapeur. Gilliat part sur sa barque avec la certitude de sauver la machine et de se marier à Déruchette.

C’est le comédien Elya Birman qui, seul sur scène, endosse tous les rôles et avant tout celui du conteur de ces tragiques naufrages. Car bien au-delà du Naufrage du steamer, c’est avant tout celui d’un homme qui, ivre de l’amour qu’il porte à une jeune femme, va voir sa vie passer à côté de lui. Fait de bric et de broc le décor permet aisément de s’imaginer sur ce rocher avec Gilliat, en proie aux vagues et au froid et bataillant tout seul pour sauver cette machine à vapeur. Pourtant dense la lecture est aisée et le découpage effectué par la metteuse en scène permet de tirer l’essentiel sans en perdre la saveur. Une distance moins grande du comédien par rapport au rôle de Gilliat aurait pu permettre d’intensifier l’émotion naissante du jusqu’au-boutisme inutile de cet homme face aux éléments et d’un amour perdu d’avance, mais l’énergie de jeu de Elya Birman semble une option prise par la metteuse en scène et reste néanmoins convaincante.

Un spectacle qui passe en début de Off un peu en force et qui mérite quelques jours pour gagner en lustre et en finesse. Ne doutons pas du comédien et de la metteuse en scène pour parvenir à un résultat plus homogène et entier.

Pierre Salles

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie