« NYCTALOPE », L’HORREUR DU NOIR

« Nyctalope » Compagnie Deraïden

LEBRUITDUOFF.COM – 24 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Nyctalope » Compagnie Deraïden – Théâtre du coin de la Lune, 22h.

Nyctalope, celui qui voit dans le noir, mais voudrait-on réellement voir dans le noir, découvrir les créatures qui s’y cachent ?

Ce spectacle ne nous donne pas vraiment le choix, c’est un microscope à vision nocturne vers le dessous de votre lit, l’intérieur du placard ou même l’intérieur de votre esprit lui-même. On y découvre le récit d’un cauchemar, rempli de créatures étranges et terrifiantes, humaines, mais si anormales, à l’aspect infect et sombre, poussiéreux et pâle.

Ce monde, qui n’a jamais été en contact avec la lumière du jour, nous est affiché, avec son propre rythme et son propre fonctionnement. Personne ne peu réellement comprendre ce qui s’y passe, le son est distordu et saturé comme un souvenir ou une photographie en noir et blanc.

Qu’on le montre à la lumière jaunâtre semblable à un lampadaire, ou qu’on le cache dans les ténèbres croupissantes de la nuit, dans les deux cas, le spectacle de ces créatures anciennes et monstrueuses ne pourra que vous glacer le sang.

Comme l’interprétation est au centre de l’expérience, ce véritable train fantôme, offert par les jeunes prodiges fous, vous ramènera à des peurs oubliées et à des événements inexpliqués enfouis dans votre imagination. Le génie en matière de création de masques, de marionnettes et de maquillage rend ce monde de cauchemars plus vrai que dans vos rêves les plus effroyables. L’attention au détail rend l’expérience plus que dérangeante et le jeu d’acteur participe à l’effroi et au dégoût avec virtuosité.

Les monstres morbides respirent sur scène et nous emportent dans une danse infernale et irrégulière. Toutes les créatures peuplant ce monde souterrain, ancien et sombre, poussiéreux et humide, bougent sur scène comme des corps désarticulés animés par la force puissante de la terreur. Chacune de leurs actions est anormale et incompréhensible, donnant l’impression que leurs corps cassées, froids et sanglants croupissent et grouillent sous notre monde comme des insectes, pour sortir, toujours cachés dans les ténèbres, la nuit tombée et nous observer.

Alors, souhaiteriez-vous voir dans le noir ? Si vous êtes curieux, allez voir ce chef d’œuvre d’horreur, âmes sensibles s’abstenir.

Tristan Rouvier

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie