« LE MASSACRE DU PRINTEMPS », UN SUJET LOURD TRAITE AVEC UN GRAIN DE FOLIE

massacre

LEBRUITDUOFF.COM – 25 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Le massacre du printemps » – texte et mise en scène Elsa Granat – au Train Bleu à 11h50 jusqu’au 24 juillet.

Quel drôle de titre que « le massacre du printemps » pour aborder le sujet délicat de la fin de vie mais plus précisément la détresse des aidants omniprésents, les relations entre les soignants – soignés et soignants-aidants et pourtant ca fonctionne !

Tout commence un jour de printemps dans un jardin sur gazon artificiel, une jeune femme range les restes d’un anniversaire, à plusieurs reprises elle perd connaissance jusqu’à se voir revivre son passé au chevet de sa mère malade. Toute la pièce s’articule autour du passé qui est revécu, du présent emprunt de douleurs, de chaos causé par ce passé et de la confrontation du monde médical face aux aidants proches de leur malade.

Dans un décor au visuel plutôt agréable aux tons de vert et de rose pétard, le public est témoin des profondes blessures que peuvent ressentir chacune des parties. Comment ces aidants arrivent-ils à continuer leur vie ? Comment se relever de ces périodes douloureuses ? Ou, comment les soignants arrivent-ils à supporter de soigner sans aucune empathie ? Tant de questions auxquelles le spectacle et ce texte tentent d’apporter sinon une réponse mais au moins un éclairage.

Le sujet est traité de manière directe et sans détour tel qu’on le prend en pleine figure, les non-dits sont mis en scène dans un flot de paroles à l’état brut et sans filtre. Les passages entre la réalité, le souvenir, la fiction s’emboîtent et les temps de silences sont pesants. Sachant créer l’équilibre, le metteur en scène et les comédiens font vivre cette pièce de manière « déjantée », avec un grain de folie appréciable dans la lourdeur du propos qu’Elsa Grant tire de sa propre expérience. Un spectacle « coup de cœur » à ne pas rater.

Béatrice Stopin

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie