« MORGANE POULETTE », A FLEUR DE PEAU

morgane

LEBRUITDUOFF.COM – 26 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Morgane poulette » de Thibault Fayner – mise en scène : Anne Monfort – Pour le Festival Off d’Avignon – A la manufacture du 5 au 24 juillet à 21h05 (relâche les 11, 18 juillet)

C’est au cœur de la chaleur moite de ce mois de juillet du Festival Off d’Avignon que les spectateurs découvrent à la Manufacture Saint-chamand le spectacle « Morgane Poulette », chanteuse rock et junkie, baignant dans sa fange et déambulant dans les nuits des bas-fonds de Londres. Un soir de ruine elle y rencontre, au détour d’un dernier verre, l’acteur de série Thomas Bernet. Coup de foudre improbable !

C’est sous la forme d’un diptyque (le camp des malheureux et la londonienne) que l’auteur Thibault Fayner dépeint la descente et le retour à la vie de Morgane. La comédienne Pearl Manifold qui incarne Morgane s’adresse frontalement au public au travers d’une histoire de descente aux enfers avec la mort de son amour et celle de sa résurrection et de son retour à la vie dans un éternel recommencement.

Morgane se parle à elle-même à la deuxième personne projetant le spectateur dans son monde noir, glauque et poétique mais lui laissant assez de distance pour prendre des temps de respiration. Le spectacle s’imbrique alors dans un tourbillon, comme une sorte d’épopée obscure où le Londres nocturne fantasmé suit les cheminements de la pensée de Morgane, parfois fait de bitume chaud, d’odeur d’urine et de vomi et parfois de nature, d’eau et d’espoir. L’environnement est mouvant, suivant comme par mimétisme l’infinie tristesse de Morgane et les prémices d’espoirs.

Pearl Manifold offre un jeu à fleur de peau, toujours sur le fil de la tension et du laisser-aller, dans une maîtrise parfaite elle incarne une Morgane qui de la tête aux pieds semble parfois sortir de son corps pour mieux nous parler d’elle.

Sur un texte parfois difficile à appréhender la mise en scène, juste et soutenue par une comédienne de talent, arrive à faire plonger le public dans le cœur de Morgane. Malgré une chaleur écrasante dans cette salle Saint-Chamand de la Manufacture, c’est un beau moment de théâtre durant lequel les désillusions et les espoirs de Morgane deviennent aussi un peu les nôtres.

Pierre Salles

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie