« ACCUSE-E », SANS CONVICTION

accusée

lebruitduoff.com – 21 juillet 2021

AVIGNON OFF 2021. ACCUSÉ.E – Compagnie La Baronnerie – Metteuse en scène : Clémence Baron – Sham’s Théâtre, jusqu’au 30 juillet à 18h15.

Une femme, Un homme. Tous les deux assis face aux « jurés ». « Cette nuit là, ils m’ont volé quelque chose. Cette nuit là je suis morte en continuant à vivre. Je sens encore la peau moite, les doigts qui s’agrippent et les rires sadiques ». « Ma question était : avez-vous clairement exprimé votre refus d’une relation sexuelle ? ». « La drogue ne m’a pas laissé cette opportunité. Les coups et la violence ne m’ont pas donné cette chance, non, pardonnez moi. »

Assise à quelques mètres de son supposé violeur, imperturbable et sûr de lui, la victime est tendue, crispée, un peu nerveuse ce qui se comprend, contrairement à celui qu’elle accuse de l’avoir entraînée, après une soirée en boîte, chez lui, accompagnée d’un petit groupe de ses amis à lui. Elle l’accuse de lui avoir fait boire à son insu un produit, le GHB, utilisé là à des fins détournées et réputé être « la drogue du violeur .» La question directe de Madame là procureur a pu froisser la victime ! S’est elle sentie en état de faiblesse, voire de culpabilité ? Tout autant l’assaut de l’expert avec ses questions sur sa sexualité ont du lui paraître bizarres. L’énigme de la sexualité pour une jeune fille est souvent une réalité . Selon les sexes : pousse-à-la-parole ou pousse-au-silence, elle fait parler les hommes et se taire les femmes dit-on.

Dans un procès criminel, c’est le cas de ce viol, le Procureur doit essayer de prouver, « hors de tout doute raisonnable » la culpabilité de l’accusé. Il en est autrement pour les avocats des deux parties qui vont insister pour tenter d’instiller un doute qui, c’est connu, doit profiter à l’accusé. Y’a t’il un moment de bascule ou la victime s’est sentie coupable ? Comment son avocat l’a t’il défendue ? Dans ce procès a t’elle imaginé qu’elle puisse faire appel de la sentence au cas où ? Quel est le verdict ?

La mise en scène est quasi absente. Les dialogues sont a minima. Chaque comédien vient jouer sa partition sans réelle conviction. L’absence de décor nuit à la pièce. On a du mal à s’imaginer être dans la salle du tribunal.

A la sortie du spectacle quelques jeunes filles étaient encore très émues, les larmes aux yeux.
Soit… La troupe est jeune, certainement talentueuse et pleine d’avenir.

André-Michel Pouly

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie