« BARAN » : QUAND ON SE TIRE LA LANGUE, ON SE TIRE DES BALLES

baran

lebruitduoff.com – 27 juillet 2022

AVIGNON OFF 2022. Baran une maison de famille – Écriture collective – Mise en scène : Alice Sarfati – A la Manufacture, à 18h50, jusqu’au 26 juillet.

La pièce, découpée en trois actes, s’ouvre sur le tumulte heureux d’une très jeune fratrie : les trois enfants veulent organiser la soirée d’anniversaire de leur mère mais ont un peu de mal à s’entendre sans crier. Ils se tirent les cheveux, montent sur leurs grands chevaux, crient, se vexent, sortent et reviennent, dans un décor réaliste qui met en exergue leur profonde originalité. Un canapé, une table, un évier, un frigo, et eux trois, une agressivité qui en arrive vite aux cris et aux mains, un cynisme intelligent, une étrange violence, qui provoque chez le public beaucoup de fous rires. Si le rire amène souvent un renforcement du collectif, une cohésion joyeuse, ouverte à la catharsis, cela ne paraît pas fonctionner pour eux. La figure maternelle qui doit apporter cette réunification est en effet absente de toute la pièce. Ils se poursuivent donc avec des répliques cinglantes dans tous les actes, attaquant tous leurs angles. A 30 ans ils sont encore là, arrogants, grimaçants, à se donner des ordres, à se prodiguer des réflexions, à avoir cet amour étonnant aux allures de rejet, et il en ira de même, et même plus loin, lorsqu’ils toucheront leurs 50 ans. Comme on dit : famille, je vous hais.

Dès le second acte, d’autres personnages font leur entrée pour incarner une sorte de contrepoint à toute cette violence ambiante, si omniprésente et habituelle qu’elle n’est plus remarquée par personne. Il y a le beau-frère, sorte de bon-vivant aux danses endiablées, la belle-sœur sainte-nitouche pas bien rigolote et très choquée par leurs coups-bas, et enfin le demi-frère, grand timide au grand cœur, d’une folle douceur malgré le rejet dont il peut faire l’objet. La belle-sœur, par sa dureté et son manque d’ouverture, si ennuyeuse et méprisante, met en valeur les aspérités de cette famille particulière : la cruauté peut être une esthétique, l’ironie est preuve non seulement d’intelligence mais d’attention à l’autre, sur qui on rebondit. Ce serait donc un idéal drolatique d’être bête et méchant. Le rythme de leurs échanges est si dynamique qu’on ne peut qu’être conquis par leurs rebonds, et l’authenticité des comédiens parvient à nous convaincre de la beauté d’un tel ethos. Surtout, la famille est un lieu idéal pour le théatre : on y a droit d’être affreux puisqu’un amour absolu fondé sur le sang demeure pour toujours. Il y est donc possible d’essayer son monstre sans avoir à essuyer de reproches. Famille je vous hais ? Non, je vous adore, puisque vous me vous laissez haïr.

L’absence d’apaisement et de réconciliation à la fin donne raison non à la belle-sœur mais au demi-frère qui n’attaquait jamais, toujours un peu en retrait, sur le bord, plutôt prêt à discuter qu’à sauter dans la mêlée. Si la fratrie nous fait rire, lui nous émeut, lui nous indique, sans avoir le doigt pointé nul part, un comportement à adopter, joli comme pomme déposée au milieu d’une tarte à la pomme. Certes, le théâtre dans ce qu’il a de plus agrandi est nécessaire, mais il doit pouvoir suspendre sa profération, ce dont les personnages ont du mal, enfermé dans cet espace qui les autorise à tous les débordements. Un spectacle qui séduit par les rires qu’il prodigue, à travers lequel le public se reconnaît s’il a déjà eu quelques alter ego de sang et du faux-sang sur les mains, une comédie dramatique très contemporaine et bien écrite qui prend la tête entre ses poings pour nous changer les idées et nous en écrire de nouvelles.

Célia Jaillet

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • mots-clefs / tags

    AFC Avignon 2011 Avignon 2012 Avignon Festival Off avignon Le Off avignonleoff avignonleoff.com Avignon Off Avignon Off 2011 Avignon Off 2012 Avignon Off 2013 Avignon Off 2014 Avignon OFF 2015 Avignon Off 2016 Avignon OFF 2017 AVIGNON OFF 2018 AVIGNON OFF 2019 Avignon OFF 2021 AVIGNON OFF 2022 Festival d'Avignon Festival d'Avignon 2011 Festival Off d'Avignon Off 2011 Off 2012 Théâtre
  • Chercher par artiste ou catégorie