« LE JOURNAL D’UN FOU », UN GOGOL TRES INVESTI

gogol

LEBRUITDUOFF.COM – 9 juillet 2019

AVIGNON OFF 19. « Le journal d’un fou » – De Nicolas Gogol – Metteur en scène: Bruno Dairou – Interprète : Antoine Robinet – Théâtre Le Cabestan – 5 au 28 juillet à 10h50.

Un rideau de scène translucide laisse apercevoir une pièce garnie d’un bas flanc, d’une caisse de bois et, plus étrange, sur le sol a été dispersé une multitude de feuillets plus ou moins écrits. Le narrateur fait son apparition en soulevant un coin du rideau.

« il m’est arrivé aujourd’hui une aventure étrange. Je me suis levé assez tard, et quand Mavra m’a apporté mes bottes cirées, je lui ai demandé l’heure ».

Antoine Robinet endosse le rôle de Propichtchine, employé dans l’administration auprès du directeur, qui a pour tâche de tailler les plumes de son Excellence. Il dit être méprisé par ses collègues fonctionnaires ; il exècre ce qu’ils sont, surtout le directeur. Pourtant, il lui sait gré de son intelligence. Lui, Propichtchine a lu les titres de certains d’entre eux : « c’est de l’instruction qui n’est pas à la portée d’homme comme moi ». Et puis , élément majeur, le directeur a une fille dont Propichtchine est épris : Sophie. Elle l’ignore. Lui semble en être « fou » d’amour. D’ailleurs, il l’a vue sortir d’une voiture et s’envoler comme un oiseau. Elle ne l’a pas reconnu même s’il s’efforçait de se dissimuler sous son manteau.

« Je connais la petite chienne de Sophie. Elle s’appelle Medji. Je l’ai entendu parler comme les hommes. Pourquoi pas ? En Angleterre, on a vu sortir de l’eau un poisson qui parlait une langue étrangère. Les vaches aussi, parlent ».

Antoine Robinet, habité par le texte, déploie une énergie considérable, tout en tension contenue. Il façonne un personnage fort d’une énergie créatrice : furieux, triste, tendre jusqu’à l’aboutissement final où, pour s’éviter les souffrances que lui impose sa condition de vie, la folie s’empare de lui.

J’y vais, j’y cours.

André michel Pouly

(On se rend compte que l’auteur, Nicolaii Gogol, crée son « journal d’un fou » à un moment où il est habité par l’inspiration. Il faut être un peu fou…)

Publicités

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie