« LA BELLE SCENE SAINT-DENIS » : TROIS BELLES PROPOSITIONS…

lamenagere

lebruitduoff.com – 12 juillet 2021

AVIGNON OFF 2021. « LA BELLE SCENE SAINT-DENIS » – Programme Danse à La Parenthèse – Du 10 au 14 juillet 2021 : « La Ménagère » Rebecca Journo – « An H to B » & « Nothing but » Cie K622/ Mié Coquenpot – « Le tir sacré » Marine Colard

Comme le matin, cette année l’après-midi, uniquement de la danse à La Parenthèse qui confirme, avec ce programme, la volonté des programmateurs du 9.3 de donner toute sa place à la danse à Avignon, qui s’en plaindrait…

LA NAUSEE

La première chorégraphie, sera « La ménagère » robotique de l’intriguante Rebecca Journo qui réussit une performance répétitive entêtante, refaisant jusqu’à l’écœurement les gestes d’une ménagère, évoluant sur un damier, dans une blouse jaune, les cheveux pris dans le col roulé… La musique de Mathieu Bonnafous suit le moindre battement de cil de la danseuse. Il ne lâche rien de ses gestes et donne toutes les impulsions pour nous faire sortir par les yeux cette pauvre femme à bout… les chutes au sol sont nettes et claires. Elles trahissent l’épuisement. Le serrage de l’éponge, le lissage du linge, tout y passe et Rebbeca Journo, impassible, joue sur nos nerfs… La pièce est toute en tension et on imagine son état d’épuisement dans les coulisses… Beau à voir, en tous le cas…

IN MEMORIAM

Riche et émouvante idée que de réactiver deux pièces mythiques de la chorégraphe Mie Coquempot « AN H TO B » et « Nothing But » qui démontre, s’il en était besoin, toute la maitrise de cette danseuse hors-pair, devenue chorégraphe et qui a su faire émerger un mouvement fluide, fait d’imperceptible que Ryoji Ikeda interprète avec grande justesse dans AN H TO B. La seconde pièce est dansée par Morton Feldman, tout de noir vêtu et qui apporte une certaine force à cette danse délicate sans en dénaturer le sens, ce qui n’est pas donné à tout le monde, d’autant que ne doivent persister que peu de choses de la chorégraphie initiale et donc les états sont à trouver sans le regard du chorégraphe, ce qui donne à l’interprète une grande liberté mais peut faire dévier le sens, ce qui ne m’apparaît pas dans cette proposition émouvante.

CHUTES, CHUTES, CHUTES

Le troisième programme encore en cours laisse espérer une pièce passionnante qui sera, soyons en sûr, drôle et sportive puisque, justement, Marine Colard souhaite, de son point de vue de femme, s’emparer des commentaires sportifs et de leur impact sur l’imaginaire de celui qui les écoute… Deux femmes aux cheveux longs surgissent en short et T-shirt de sport, chaussette bien remontée sur le tibia… Vont suivre des mouvements de plus en plus cocasses, tels que ceux qu’on peut voir en équitation ou en escrime… c’est à mourir de rire… Le sujet est, à ce stade, parfaitement, traité. Les deux danseuses Esse Vanderbruggen et la chorégraphe qui est sur scène sont d’une justesse absolue… Vivement la vraie pièce qu’on attend, mettons, à la Parenthèse l’année prochaine…

Emmanuel Serafini

Image : « La Ménagère » Rebecca Journo – Photo DR

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie