« LA BELLE SCENE SAINT-DENIS » : UN PROGRAMME DANSE AUDACIEUX ET BIEN BALANCE

Impressions nouvel accrochage Herman Diephus

lebruitduoff.com – 12 juillet 2021

AVIGNON OFF 2021. « La belle Scène Saint–Denis » – programme Danse au Théâtre La Parenthèse du 7 au 11 juillet 2021 : « L’Orée » Jean-Baptiste André et Eddy Pallaro – « Impressions, nouvel accrochage » Herman Diephus – « Intro » Mellina Boubetra

Audacieux les partenaires de La Belle Scène St Denis de présenter cette année un plateau 100% danse à Avignon avec, pour cette première livraison, trois programmes courts mais intenses.

BOUGE DE LÀ !

Le plateau de La Parenthèse accueil dès 10h00 avec « L’Orée« , un duo imaginé par Jean-Baptiste André et Eddy Pallaro, tous deux en condition de survie dans un lieu hostile duquel ils doivent partir… en tous les cas, bouger… L’un est recroquevillé de dos, au sol, l’autre est assis, de face… c’est un peu Romulus et Remus dans la forêt. Tantôt l’un porte l’autre, tantôt l’autre perd espoir alors que le second se jette dans la vie… Comme de nombreux spectacles de ce festival, un fort besoin de science-fiction s’empare des deux protagonistes. Cela permet sans doute de faire et d’imaginer des choses que le réel ne permet pas… Opposition aussi entre douleur et douceur. Des deux interprètes, c’est le circacien Jean-Baptiste André qui est le plus dans le mouvement, sans user de ses outils habituels que sont ses agrès… Son idée force est de savoir s’il faut continuer sur ce chemin, on le lui conseille…

MATIN CALME

Le système de ce plateau partagé laisse place à un duo chorégraphié par Herman Diephus : « Impression, nouvel accrochage » dansé par Mélanie Giffard et Yves Mwamba tous deux surprenants dans leur qualité de danse et dans leur présence… Cette pièce est particulièrement bien construite et nous engage dans les chemins desquels on revient sans peine à travers une forme douce que souligne la musique de L’après-midi d’un Faune. Un mouvement relâché, une gestuelle pure, sans scories, qui va laisser place à une danse puissante et engagée dont ce krump de Yves Mwamba qui captive l’attention et attire notre empathie… et pourtant rien n’est en force, tout vient de la puissance et de l’écoute des deux danseurs… Un faune apaisé dans la torpeur d’Avignon… c’est bon à prendre… Une pièce courte et forte.

JOUR DE FÊTE

« Intro » de Mélanie Boubetra rassemble trois danseuses en T-shirts, shorts et socquettes blanches. Le bruit métallique des percussions de la bande-son annonce un rythme qui ne sera pas de tout repos… L’exploit de ces trois-là, c’est que, dans un espace frisant le timbre poste, elles vont déplacer des montagnes par le simple mouvement de bras, le balancement du bassin… Elles sourient comme si de rien n’était alors que le geste est tout en tension et que l’on souffre pour elles tellement le rythme est rapide, les trajectoires des bras précis et la direction du buste central dans le geste… Une première création prometteuse et trois danseuses : Katia Lharaig, Allison Faye et la chorégraphe qui font plaisir à voir…

Un bien beau programme qui vient confirmer la richesse de ce département souvent trop décrié…

Emmanuel Serafini

Image : « Impressions, nouvel accrochage » Herman Diephus – Photo DR

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie