« L’UTOPIE DES ARBRES », VERTIGE ET VIRTUOSITE

l_utopie_des_arbres

lebruitduoff.com – 19 juillet 2021

AVIGNON OFF 2021 – « L’utopie des arbres » – Cie Taxi-Brousse – mis en scène par Pierre Yanelli, écrit et joué par Alexis Louis-Lucas – à L’ENTREPÔT à 13h30.

Connaissez-vous ces moments interminables, perdus dans le temps où, au calme d’une tâche ménagère, vos rêveries vous amènent à des moments précis de votre vie ? Vous fait défiler les faces tordues du passé. Peur du cancre, courage adolescent, la vie passe devant vos yeux alors que la tâche semble s’éterniser.

Nettoyer l’atelier de tous les copeaux de bois semble faire partie d’un rituel. La forme au sol se dessine, menée par le balai, la masse grandit et saute dans l’air, s’ordonne, se met en cercle compact et menaçant alors que le récit se fait épique.

Le protagoniste nous conte ses grincheux, vieux et vieilles qui l’ont fait grandir dans la campagne du 20ème siècle. Vieux arbres bicentenaires depuis bien longtemps éteints mais dont les paroles, échos du passé, prennent vie au travers d’un jeu à multiples personnalités. Comme pris d’une crise, l’acteur change de personnage sans sourciller. Il incarne sans modifier rien d’autre que son attitude, à grand coup de gestes répétés, de phrases-clé, et de souvenirs méticuleux. Seul, sur scène, avec un balai et du bois en copeaux, il nous mène partout où il veut, s’attardant sur des anecdotes et des réflexions auxquelles tout le monde peut s’identifier. Détails retrouvés, réflexions communes, poésie, calembours, répétitions, philosophie. Tout, et avec puissance. Le corps exprime sur scène à la façon d’un long monologue poétiquement dansé. Avec l’aide d’un éclairage chaud qui se précise, s’écarte au fur et à mesure du récit. Pendant que notre conteur virtuose souligne son propos par une ambiance sonore fait d’échos de voix et de sons de bouche .

Un spectacle à ne pas rater.

Tristan Rouvier

Comments
One Response to “« L’UTOPIE DES ARBRES », VERTIGE ET VIRTUOSITE”
  1. Gouiran dit :

    Ha oui ! Vu ç’t’aprèm et il reste trois occasions d’y aller

    Ce conteur sans prétention nous captive avec des petits riens suivant un fil conducteur inaltérable : le roman d’apprentissage ( ou plutôt le récit d’apprentissage )
    Et avec une m.e.s qui est une véritable chorégraphie magique du balai et du copeau de bois .

    Dans le top 20 du bdo , c’est mérité

Attention, nos commentaires sont modérés : pas d'auto-promo ou de pub déguisée, ça ne passera pas. Pas plus bien sûr que les insultes. Merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • J’Y VAIS / JE FUIS

  • LE BRUIT DE LA BOUCHE

  • mots-clefs / tags

  • Chercher par artiste ou catégorie